Présentation des sujets abordés lors de la soirée-débat du 20 janvier.

Publié le par Catherine Verger - Jean-Luc Mathey

1 - La politique européenne de sécurité et de défense (PESD) : depuis quand, pourquoi, comment ?

 

 

1 - Quelques généralités…

PESC (Politique étrangère et de Sécurité Commune) : positions ou actions communes sur la plupart des sujets  internationaux.

PESD (Politique européenne de Sécurité et de Défense) : utilisation de moyens militaires ou civils destinés à la prévention des conflits et la gestion des crises internationales (9 missions jusqu’à aujourd’hui, on y reviendra dans le détail).

La PESC existe depuis 1992 (Traité de Maastricht) et la PESD est née au sommet européen de Cologne en 1999.

C’est une Britannique, Catherine ASHTON, qui assure aujourd’hui le poste de Haut représentant pour l’Union Européenne pour la politique étrangère et la politique de sécurité. Elle a été nommée en novembre dernier et son mandat est de 5 ans. Elle succède avec de nouvelles fonctions à Javier SOLANA.

 

2 - La Défense européenne, ça signifie quoi ?

Ce n’est pas la défense collective des pays européens contre une agression extérieure…(cette mission est assurée par l’OTAN), mais la gestion de crises à l’extérieur de l’UE, par des opérations de maintien de la paix ou de missions humanitaires.

 

3 - Une armée européenne…

L’UE veut jouer un rôle sur la scène internationale. Avec quels moyens ? En 1999, il ya 10 ans, l’objectif était de disposer au plus tard en 2003…d’une force de réaction rapide, capable de déployer en 60 jours et pendant un an maximum, 50 à 60 000 hommes, avec ses propres moyens de commandements, de renseignements, de contrôle et de logistique…moyens mis à disposition par chaque pays…

Cette force n’a jamais vraiment existé que sur le papier. Le projet est diplomatiquement enterré depuis 2008 !

 

2 - Les structures militaires permanentes de l’Union Européenne : COPS, comité militaire, Etat-major, Agence européenne de Défense…

Organes permanents de la PESC : 3 institutions créées depuis 2000.

- COPS (comité politique et de sécurité) composé des ambassadeurs des pays membres : orientations et directions stratégiques en cas de crise ;

- CMUE (comité militaire de l’UE) composé des chefs d’état major des Armées de chaque Etat Membre. C’est un Général Suédois (HAKAN SYREN) qui le dirige aujourd’hui ; il vient de succéder à un Français ;

- EMUE (Etat Major de l’UE), structure militaire intégrée : rôle de conseiller militaire plus qu’un commandement effectif.

 

Et depuis 2004 : Agence européenne de la Défense : développer les capacités de défense dans le domaine de la gestion des crises, promouvoir et renforcer la coopération européenne en matière d'armement, renforcer la base industrielle et technologique européenne dans le domaine de la défense, créer un marché européen concurrentiel des équipements de défense, favoriser la recherche (30 millions d’euros, 110 personnes).

 

Structures sous autorité du Conseil Européen et du Conseil des Ministres.

 

3 - Moyens et terrains d’action : conduite d'opérations militaires européennes (exemple du Tchad)

 

Où intervient l’Europe depuis une quinzaine d’années ?

 

En Europe

Après la guerre en Bosnie(1999), Opération ALTEA : 2200 hommes originaires de 27 pays.

Depuis juin 2008, au Kosovo, mission civile pour rétablir l’Etat de Droit : EULEX KOSOVO, 1300 personnes.

 

En Afrique

En 2003, République Démocratique du Congo : 4 mois.

 

EUFOR TCHAD/RCA : l’opération la plus multinationale envoyée en Afrique.

28.1.2008 : UE décision officielle de lancer opération  pour 1 an

15 août 2009 : l’UE remplacée par MINURCAT  (ONU) (5200 hommes) 

Commandant de l’opération : Irlandais  Patrick NASH

Commandant de la Force : Français  Jean Philippe GANASCIA

14 états membres sur le terrain

23 états membres au quartier général Mont Valérien Paris

Répartition sur le terrain des 3400 hommes (même si sur le papier , 23 des 27 états membres  présents , France a assuré la moitié des effectifs sur place)

France         : 2000

Irlande        : 450

Pologne       : 400

Autriche      : 160

Roumanie   : 120

Coût  de cette force EUFOR : 119, 6 millions d’euros

Mission :

  • assurer la protection de 400 000 civils en danger, en particulier réfugiés et personnes déplacées qui fuyaient le Darfour ;
  • faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire ;
  • protéger 300 policiers de l’ONU chargés de former les policiers locaux.

Zone d’intervention :

400 kilomètres d’Est en Ouest,

800 kilomètres du nord au sud.

 

Afrique (suite)

Depuis décembre 2008, au large de la SOMALIE « opération Atalante » : lutte contre la piraterie, protéger les bateaux de commerce d’attaques pirates. Au début 2009 : 5 frégates et plusieurs avions de patrouille maritime. Les moyens sont fournis par France, RU, Allemagne, Espagne, Grèce).

 

En Afghanistan

Depuis 2007, une mission civile pour former la police afghane.

 

4 - Ce qui divise les Etats : les questions internationales, les relations avec l'OTAN, les contraintes budgétaires...

 

Qu’est ce qui marche ? Qu’est ce qui ne marche pas ?

 

Ce qui marche…

* Echange de jeunes  officiers : possible depuis 1987, 3 mois à 1 an dans d’autres pays ;

* Mise en place d’un programme de satellites espions (MUSIS) mais seuls 6 pays européens y participent ;

* « L'Eurocorps » : idée de Kohl et Mitterrand en 1991 : une brigade franco allemande. Aujourd’hui 5 pays - nations cadres (France, Belgique, Luxembourg, Espagne, Allemagne) + nations contributrices (Pologne, Autriche, Grèce, Turquie) + fin 2008 3 autres pays (Italie, Roumanie, Etats-Unis).

* « Quartier général de pointe et expérimenté (certifié par l’OTAN depuis 2002, haute disponibilité et force de réaction) : interventions en Bosnie Herzégovine (1998), Kosovo (2000), Afghanistan (2004/2005).

 

Ce qui ne marche pas…

* Le manque d’enthousiasme des pays européens à envoyer des soldats en Afrique (effectifs de l’Allemagne et du Royaume Uni : moins de 10 soldats au Tchad) 

* La difficulté à harmoniser les moyens militaires : 4 pays proposent chacun un char de combat ; le Royaume Uni et la France sont en concurrence pour vendre leurs avions de chasse (Eurofighter contre Rafale) ; difficulté de financement du programme A400M.

* Contraintes budgétaires : budget de la PESC ne fait qu’augmenter. En 2007 = 200 millions d’euros. Les dépenses opérationnelles sont assurées par les budgets nationaux des Etats Membres.

* La difficulté à parler d’une seule voie : on l’a vu en 2004 avec l’IRAK.

* Le fait que les Etats d’ex Europe de l’Est considèrent que leur défense commune est assurée par l’OTAN.

* L’absence d’Europe politique qui rend l’outil militaire un peu vain.

 

 


 

Pour continuer à s’informer :

 

LIVRES

 

* « Défense européenne, la Grande Illusion », Jean Dominique Merchet ; Editions Larousse/A dire vrai.

 

* « L’ Europe de la défense : acteurs, enjeux et processus », centre d’études en sciences sociales de la défense (C2SD) et sous la direction de Chantal Lavallée ; Champs de Mars n°19 Janvier 2008
 

* « Défendre la France et l'Europe » , Philippe Esper, Christian de Boissieu, Bernard Bigot, François David, Yves-Thibault de Silguy ves Doutriaux, Christian Lequesne ; Editions Perrin.

 

* « La France, l'Europe, l'Otan : Une approche géopolitique de l'atlantisme français », Jean-Sylvestre Mongrenier, préface de Pierre Lellouche ; Éditions UNICOMM (2005).

 

* « Quelle politique de sécurité et de défense pour l’Europe ? », sous la direction de Pierre Pascallon et André Dumoulin ; Editions L’Harmattan/Défense (2009).

 

* « L’Eurocorps et l’Europe de la Défense », Raymond Couraud ; Editions Hirle (2009).

 

* «  Guide de la politique européenne de sécurité et de défense », Représentation permanente de la France auprès de l’Union Européenne à Bruxelles ; Bruxelles (2ème édition 2006).

 

* « Traité de Lisbonne et défense européenne » , Véronique Roger-Lacan ; Défense nationale et sécurité collective (2008).

 

 

SITES

 

* http://europa.eu/pol/cfsp/index_fr.htm

Site internet Europa, portail de l’Union européenne.

 

* http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/europe-defense/index.shtml

L’Europe de la défense, Documentation française.

 

* http://www.defense.gouv.fr/europe de la defense

Site internet du Ministère de la défense.

* http://www.europedeladefense.eu

Site de Lionel Luttenbacher.

 

* http://www.bruxelles2.overblog.com

Blog de Nicolas Gros-Verheyde, journaliste, correspondant "Affaires européennes" de Ouest-France, spécialiste "défense-sécurité" à Europolitique (agence de presse européenne) et responsable des "dossiers-enquêtes".

Publié dans Nos activités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article