Les banques européennes ont-elles changé leurs habitudes depuis la crise ?

Publié le par Catherine Verger - Jean-Luc Mathey

Première soirée débat de la saison pour le M.E.-Vanves. Le 1er décembre 2009, a eu lieu un dîner-débat sur le thème « Les banques européennes ont-elles changé leurs habitudes depuis la crise ? » . Nos deux invités, Eric LAMARQUE, universitaire bordelais spécialiste des marchés et Antoine HERON, ancien trader de la City de Londres, se sont volontiers prêtés au jeu des questions-réponses.

 

2009 120617-12-20080006

 

 

Ainsi, depuis le début de la crise, l’Europe a fait de la régulation mais elle ne peut à elle seule l’assurer au niveau mondial. Certes il existe des agences de notations et des organismes spécialisés dans la régulation, mais ceux-ci paraissent inadaptés face à une telle crise. De plus il est difficile de contrôler ceux qui contrôlent et aucun système efficace n’existe pour le faire compte-tenu de la taille des banques. La mise en place d’une taxation particulière permettrait sans aucun doute d’obtenir un financement adéquat pour la réalisation d’un tel système.

 

Recherche générale de gains faciles, outils bancaires difficiles à comprendre… Les responsabilités de la crise financière sont partagées. Responsabilité des banques qui proposent des produits dits « toxiques ». Responsabilité des particuliers ou des investisseurs qui recherchent un maximum de bénéfices en un minimum de temps. Il serait plus sage que toutes les banques soient contraintes de préciser le niveau de risque encouru par l’achat de tel ou tel produit financier.

 
2009 120617-12-20080003

Il ressort également du débat que, face à la crise, il y a eu un « ratage ».L’an dernier, l’axe franco-allemand aurait dû sortir renforcé pour assumer le leadership financier européen. Mais la City de Londres a joué perso. Accusée par certains de tirer profit des paradis fiscaux installés dans les îles anglo-normandes, la City sort son épingle du jeu grâce à d’importants fonds basés sur des investissements étrangers moins taxés que des investissements européens.

 

Le débat a aussi porté sur les « traders ». Le métier couvre des réalités et des rémunérations très différentes. Une partie des traders gagne moins de 4000 euros par mois alors qu’une minorité empoche les « jackpots », dont les médias se font l’écho. Les primes octroyées correspondent à 3 ou 4% de ce que les « traders » ont fait gagner à leurs banques. Des primes sont déjà distribuées aux traders sous forme d’actions. Elles sont versées en plusieurs fois, sous forme de mensualités ou annualités. Les reproches faits aux traders de s’enrichir en prenant des risques est confirmé : ce sont les traders qui font gagner de l’argent aux banques !


2009 120617-12-20080005 

Eric LAMARQUE et Antoine HERON ont également expliqué le principe de la titrisation. On regroupe les dettes de plusieurs entreprises dans un même produit financier et on le met sur le marché Les gains varient de 10 à 20% sur les marchées européens à 50% sur les marchés américains.

 

A propos des prêts accordés aux banques, en 2008, au plus fort de la crise, nos experts estiment que l’Etat français a tenu le rôle d’une banque. Les sommes remboursées correspondaient à des prêts destinés aux fonds propres des banques à des taux de 6%.


 

A propos de la nécessite de transparence des banques auprès de leurs clients, Eric Lamarque a rappelé qu’il existe déjà des structures au sein des conseils d’administration des banques. Elles accueillent des sociétaires-clients. Ils jouent un rôle essentiel mais sont tenus par des clauses de confidentialité, clauses souvent non respectées par les syndicats de salariés.


2009 120617-12-20080002
 

 

En conclusion, il semble que malgré la crise, les banques reprennent leurs vieilles habitudes : prises de risques et vision déformée des phénomènes économiques. Les Etats ont joué « les pompiers de service » en 2008 mais en sera-t-il de même la prochaine fois ?

 

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Leon 09/01/2010 14:41


Bonjour

Lors du débat j'ai dit que la City de Londres était un paradis fiscal.


Les orateurs ont répondu Ile de Man.


J'ai insisté au risque d'être pris pour l'extrémiste de service.


Voici quelques informations complémentaires;


Merci de les transmettre aux personnes présentes au débat.


Cordialement


Bernard Léon



City paradis fiscal


 


La City : le plus prisé des paradis fiscaux


Que ce soit Schneider, PPR, Pernod ou Peugeot, le Royaume-Uni reste la destination préférée des multinationales françaises :
30% des filiales situées dans les paradis fiscaux y sont implantées. Certes, le poids économique des Britanniques fournit un alibi de premier ordre. Mais c'est oublier un peu vite que la City
de Londres, première place boursière européenne, dispose également d'un régime fiscal très avantageux pour les structures
financières, notamment les hedge funds. (in Marianne 16 03 09)


 


 


«La City est le plus grand
des paradis fiscaux» a assuré Eva Joly, l'ancienne juge franco-norvégienne
spécialiste de la corruption, hier en marge d'un point de presse consacré au G 20. «Ils ont des régimes fiscaux dérogatoires pour les non-résidents qui permettent de payer des impôts uniquement
sur les revenus anglais et non pas sur les revenus par exemple des paradis fiscaux».
Selon elle, «nous vivons dans une période de théâtre et de rhétorique pour correspondre à la colère populaire qui est grande». (Le Telegram 01 0409)


 


Enfin le communiqué du G20 proclame un peu hâtivement que « l’ère du secret bancaire est révolue ». Or le Royaume Uni figure dans la liste blanche, bien que la City soit le premier centre offshore du monde ; et que les riches étrangers
établis à Londres bénéficient d’une exonération fiscale totale de leurs revenus. (in Le Monde de J.F. Couvrat 03 04 09)


Un réseau d'organisations non gouvernementales a publié lundi une liste alternative de paradis fiscaux prenant en compte
le degré d'"opacité financière" et incluant 60 "juridictions" dont l'Etat américain du Delaware, la City de Londres ou Hong Kong (Chine).


"Les principaux pourvoyeurs d'opacité financière ne sont pas de petites îles ensoleillées mais des nations riches qui disposent de leurs
propres territoires d'opacité", écrit le réseau international Tax Justice Network (TJN) en présentant sa liste alternative (http://www.financialsecrecyindex.com).


 


Extraits de « Les paradis fiscaux » de Christian Chevagneux et Romen Palan, Editions La Découverte. Les deux auteurs sont
chercheurs au Centre for Global Policy Economy à l’Université de Sussex.


 « …changement majeur intervebnu à Londres en 1957….création du marché des eurodollars……  la Banque d’Angleterre permet que
des transactions financières réalisées à Londres, entre deux non résidents, dans une devise autre que la livre sterling, soient exemptées de tout contrôle réglementaire de sa part….les
autorités monétaires des autres pays ne pourront pas non plus y exercer quelque contrôle que ce soit….  Premier pas de la période de mondialisation financière…»


« …  C’est en devenant les acteurs centraux du marché des eurodollars que les paradis fiscaux vont pouvoir acquérir le
role déterminant qu’ils jouent aujourd’hui. »